Présentation :

Le mégalodon  (Carcharodon megalodon) :

Le mégalodon est un requin préhistorique pouvant mesurer entre 15 et 27m de long et peser entre 77 à 103 tonnes! Pour des dent ayant jusqu'à 22.5cm

220px-Carcharodontosaurus_and_Megalodon_teeth_new 

source de l'image : http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9galodon

Alimentation :


Les scientifiques pensent que le Mégalodon mangeait des baleines en faisant comme le grand blanc.

En partant de dessous et en propulsant sa proie hors de l'eau.

 

Cause de l'extinction :


Eu égard au fait qu'il se nourrissait principalement de baleines, une théorie considère que le Carcharodon megalodon se serait éteint lorsque les mers polaires, en se refroidissant, devinrent trop froides pour les requins et un refuge estival pour les baleines.

 

D'autres explications, plus simples, suggèrent que n'importe quelle perturbation prolongée de la chaîne alimentaire est à même d'éradiquer un prédateur ayant de tels besoins métaboliques.

 

L'émergence de grands cétacés prédateurs chassant en groupe tels que l'orque n'a pas contribué à l'extinction du mégalodon mais ces espèces ont pu profiter de la raréfaction du grand requin.

 

Il n'y a pas d'indices émanant d'une prédation des orques sur le mégalodon. Durant le règne du requin, aucun mammifère marin carnivore n'est parvenu à le supplanter, car toutes ces espèces sont apparues après l'apparition et ont disparu avant la disparition du mégalodon. Il est estimé que les orques et les grands requins pélagiques, plus petits et plus habiles pour accéder à certaines ressources de nourritures, ont remplacé le mégalodon, trop grand et trop spécialisé dans la chasse aux grandes baleines qui s'adaptèrent aux pôles. Les orques par ailleurs ont la capacité de vivre en eau glaciale.

 

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9galodon


L'hypothèse de survie :

 Affaire Cousteau :

« L'affaire éclata le 26 juin 1995 : Stéphane Swirog livre l'information, rapportant brièvement une histoire relatée par l'un des de ses collègues militaires stationnés à Djibouti : il s'agissait d'une découverte effectuée par le commandant Cousteau dans une fosse marine au large de Djibouti, où se situent des îlots dans le golfe de Tadjoura et plus particulièrement dans la passe de El-Kharab. Selon le commandant, elle n'aurait pas été révélée car elle aurait entraîné des conséquences trop importantes sur les connaissances actuelles.
Affaires mélangée
L'expérience aurait consisté à immerger une carcasse de chameau dans une cage destinée à l'observation des requins et la cage en serait ressortie broyée comme par quelque créature formidable. Aucune preuve ne confirme le sujet mais cette rumeur est très répandue en république de Djibouti. En 1996, un autre témoignage d'un militaire qui était en mission dans la région. Selon ce dernier, l'équipe Cousteau serait arrivée à Djibouti et aurait effectivement plongé une carcasse dans une cage, et celle-ci aurait été entièrement broyée lors de sa remontée.
Le commandant aurait plongé et vu quelque chose : il aurait déclaré que ce qu'il avait vu était trop important pour le dévoiler à l'humanité. (...) »
À la fin du xixe siècle, le navire océanographique Challenger découvrit au fond du Pacifique des dents actuelles de requin blanc mais longues de12,5 cm, ce qui est nettement supérieur aux 7,5 cm en moyenne chez les requins blancs que nous connaissons. Certaines de ces dents sont vieilles seulement de 10 000 ans et ne sont pas fossilisées.
 
 
En 1918, les pêcheurs de langoustes de Port Stephens en Australie refusèrent de sortir en mer pendant plusieurs semaines. Ils prétendaient qu’un requin d’une grandeur phénoménale rodait autour de leurs casiers. Il avait été vu par plusieurs pêcheurs et tous semblaient terrorisés. L’inspecteur des Pêcheries de Sydney s’était rendu sur place.Voilà ce qu’il mentionna dans son rapport : « Bien que tous les pêcheurs ne soient pas d’accord sur la taille de l’animal, il ne fait aucun doute qu’il s’agit bien d’un requin. Tous ont côtoyé dans leur travail les grands blancs dont certains atteignaient 10 m de long. Ils n’ont aucune raison de mentir car en restant à terre, ils perdent une partie de leurs revenus. La plupart des témoignages s’accordent sur une taille de 35 à 40 m de long. Un pêcheur a dit « sa tête était aussi grosse que le toit du petit hangar ».
 
 
La preuve la plus intéressante d’une éventuelle survie est cette découverte effectuée il y a 10 ans environ.

Bernard Seurat, spécialiste des requins au laboratoire d’ichtyologie, a découvert une dent de mégalodon en draguant des fonds sédimentaires au large de la Nouvelle-Calédonie.
Il l’a confié à Philippe Janvier, chargé de recherches au CNRS.
 
Celui-ci a déclaré :

« Vous savez, elle est en parfaite état de conservation, vraiment très fraîche, à vrai dire assez peu fossile. Et ce qui est étonnant, c’est qu’elle a été ramassée au milieu d’une faune parfaitement actuelle ».

source : http://www.secret-realite.net/index.php?mod=articles&ac=commentaires&id=1017

 

Images :

source :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Megalodon